Mercredi 5 février

Le vent a soufflé en rafales, durant toute la nuit, ce matin il n’est pas retombé.

La température a fortement baissé avec 4°C extérieur.

On constate que l’écart de température entre l’extérieur et l’intérieur du fourgon le matin (sans chauffage ni activité, hormis le réfrigérateur sur gaz) est de 5°C pour -1°C extérieur.

Je ne sais pas si notre fourgon est bien ou mal isolé ? Si des camping-caristes ont un avis sur la question, je serais preneur de leurs remarques.

Même certains barbecues sont adaptés pour les handicapés en fauteuil roulant !

Aujourd’hui, nous allons tenter de visiter le village de Boquillas au Mexique, juste le l’autre côté du Rio Grande. Sous réserve de pouvoir revenir aux Etats Unis sans problème …

Boquillas au loin.
Le portail du passage

À notre grande surprise, il se met à neiger, quand on pense qu’hier il faisait 30 degrés !

Il neige !

Boquillas est un village du nord du Mexique sur les rives du Rio Grande. Situé juste à côté de la frontière entre le Mexique et les États-Unis, les visiteurs du parc Big Bend peuvent entrer dans le village via le port d’entrée de Boquillas.

Le port d’entrée de Boquillas, qui est le poste de douane

Le responsable du poste de contrôle, très gentil, nous confirme que nous pourrons revenir sans tracasserie administrative. Il nous faudra juste répondre aux questions d’un douanier à notre retour, par téléphone, avec caméra.

C’était notre principale crainte.

Nous nous dirigeons vers le service de « ferrys » (c’est ainsi que les Rangers américains nous les ont nommés) … Surprise, ce sont des barques !

Les barques qui attendent les touristes.
La traversée au Mexique (10$)

Un « Guide » nous emmène en voiture jusqu’au village et nous accompagne pour nous faire la visite (30$).

Un bar

Boquillas a été fondée en tant que ville minière à la fin du XIXe siècle, après la découverte de minéraux précieux dans les montagnes voisines. Il y avait entre 2 000 et 4 000 personnes vivant à cette époque.

L’exploitation a cessé en 1919 et la population a fortement baissé.

Aujourd’hui, il y a 180 personnes avec 45 familles.

L’église
L’intérieur de l’église
L’école/maternelle
« L’hôpital », plutôt un dispensaire
La rue principale !

Le tourisme est la principale activité de Boquillas.

Vente de souvenirs chez notre guide (passage obligé …)

Certaines maisons sont construites en dalles locales, d’autres sont en adobe « argile et sables qui, mélangés d’eau et d’une faible quantité de paille hachée ou d’une autre fibre, peut être façonnée en briques séchées au soleil » tandis que d’autres sont faites d’un mélange des deux.

Des maisons qui semblent abandonnées !

Les événements du 11 septembre 2001 ont profondément affecté le mode de vie de Boquillas. En mai 2002, le passage frontalier du parc national de Big Bend au village de Boquillas a été fermé indéfiniment. En octobre 2006, il ne restait à Boquillas que 19 familles comprenant environ 90 à 100 habitants. La plupart des habitants de la ville ont été contraints de s’éloigner en raison de la fermeture du passage pour touristes et de la destruction de l’économie traditionnelle de la ville. 

Notre restaurant !
Vente de souvenirs dans le restaurant
En rapport du mur de TRUMP
La cuisine du restaurant

Il a fallu attendre 2013 pour la réouverture d’un nouveau port d’entrée de Boquillas à certains jours. Depuis l’ouverture du poste frontalier, la ville de Boquillas a connu une croissance substantielle avec l’ajout d’électricité (à partir de panneaux solaires), un nouveau bureau de soins médicaux et des améliorations à l’école primaire publique.

Le retour (5$/personne)

Les visiteurs sont autorisés à rapporter des souvenirs aux États-Unis via ce point d’entrée.  On ne peut pas ramener de pierres, de cuir, de bois, ni d’aliments, ni tabac.

Nous ne sommes restés que quelques heures dans ce village, essentiellement pour le côté symbolique d’être passés sur le sol Mexicain.

Nous avons été saisis par le contraste de « pauvreté » entre ce village du Mexique et juste de l’autre côté du Rio Grande, les États-Unis, même si certains villages où nous sommes passés au Texas ne semblent pas respirer la prospérité.

2 réflexions sur “Mercredi 5 février

  1. Marine

    Vous ne nous avez pas raconté le retour ! Alors ce coup de fil face caméra, comment ça s’est passé ?
    C’est marrant ces pierres blanches devant chaque maison, j’imagine pour délimiter le terrain. Ça fait du coup très propre, et va sort de l’ordinaire, d’où viennent ces pierres ? Il ne semble pas y en avoir énormément par là vu vos photos …

    J’aime

    1. Ah oui c’est vrai le coup de fil avec caméra ça s’est bien passé, bon le douanier parlait très vite, je lui ai demandé de ralentir, il m’a juste demandé l’objet se notre voyage aux USA, la durée , bref simple et après il a dit ok ! Et comme ton père est passé juste après moi il lui a juste demandé s’il était mon mari et du coup pas de question pour lui !
      Quant aux pierres, ça ne se voit peut être pas sur les photos, mais partout ce n’est que des cailloux … Pas vu de pelouse 😉 !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s