1er janvier 2020

Réveil tardif, le soleil s’est levé bien avant nous ! Il faut dire qu’avec le trolley, il nous a fallu pas mal de temps pour rentrer. Nous nous sommes couchés vers 2h00 du matin …

Celà fait plusieurs jours que nous squattons ce parking bien pratique. A force de côtoyer ce lieu, nous saluons les personnes qui passent leur temps ici (je ne sais pas si nous pouvons les dénommer « clochards ») et les personnes qui dorment dans leur voiture (toujours le sourire). De certaines voitures, une odeur de joint s’en dégage…

Sur ce parking, un nombre impressionnant d’agents municipaux (balayeuse automatique, puis des employés qui à la main ramassent les détritus, la souffleuse pour les feuilles, le nettoyage des sanitaires, la vérification de l’horodateur « 10$/jour », le nettoyage des espaces verts et sûrement le passage d’une voiture pour la vérification automatique des plaques d’immatriculation par rapport à l’horodateur). Je ne sais pas s’ils sont payés cher, mais il y à du monde et tout les jours même les jours fériés !

Derniers échanges avec le Captain Harry. Il nous donne l’adresse d’un garagiste (super compétant !), et des recommandations pour Key West.

Son « Navire » des années 2000.
Avant de cs quitter, il nous écrit un petit mot sur une photo !
Merci beaucoup Captain
Le Captain Harry Robinson

Nous quittons Miami, avec son luxe :

Villas les pieds dans l’eau
Les supers yachts au bout du jardin

Direction Key West.

Au cours d’une halte, toujours à la chasse aux fourmis !

L’archipel des Keys est un ensemble d’iles des États-Unis. Il constitue le point le plus méridional de l’État de Floride, donc des États Unis, à 140 km (90 miles) environ du nord de Cuba.

On y accède par une unique route, de près de 170 km (110 miles) alternant îlots et ponts.

À qui sont ces pieds, un indice, là c’est moi, Éric qui conduit !
Ce pont ne semble plus être utilisé, et heureusement !

Nous nous arrêtons sur l’îlot « Big pine Key ». Il a d’immenses forêts de palmiers avec la présence de biches.

Ce secteur a été très fortement touché par l’ouragan IRMA qui fut le plus puissant enregistré dans l’Atlantique nord, par la vitesse de ses vents soutenus (287 km/h) au début du mois de septembre 2017.

Nous voyons les stigmates au bord de la route, on pourrait croire à un incendie de forêt.
La végétation semble reprendre ses droits et en tout cas nous voyons des biches partout.

Effectivement, pas farouches.
Notre spot pour la nuit
Le coucher de soleil sur la forêt de palmiers

Nous souhaitions nous promener, mais la présence de moustiques et de l’obscurité qui se fait rapidement après 18h00, nous fait rebrousser chemin.

Début du chemin, avec des cavités dans la roche faites par l’homme. Super endroit pour les moustiques.

2 réflexions sur “1er janvier 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s