Dimanche 29 décembre

On se réveille à 6h00 pour être au plus tôt dans le parc national des Everglades une fois que nous serons allés chercher les jeunes.

8h00, invasion de fourmis, il faut tout démonter et vider les coffres de nourriture !

10h30 on est arrivés au parc, mais il faut que l’on attende qu’une place de parking se libère …

11h15 on est rentrés dans le parc, mais maintenant il faut faire la queue pour les vélos …

12h00 on est sur les vélos :

Le parc national des Everglades est un trésor national, reconnu par les Nations Unis comme une réserve internationale de biosphère, un site classé au patrimoine mondial et des zones humides d’importance internationale.

Le premier alligator, un bébé !
Deux petits alligators

Malheureusement, depuis son ouverture, le parc fait face à de nombreuses menaces environnementales. De nombreuses espèces de plantes et d’animaux présentes dans le parc sont rares et en danger. Les espèces non indigènes, comme le poivre du Brésil, les cichlides mayas (poisson), et les pythons birmans ont envahi le parc et se battent contre les espèces locales.

String Lily (je ne voyais pas ça comme ça un string !)
Un autre alligator

Les flots d’eau modifiés par la construction de canaux, de levées et de zones de stockage d’eau à l’extérieur du parc, ont un impact sur les processus naturels au sein du parc.

Une coquille vide d’un « Florida Apple Snail Shell »

Comme nous, la plupart des visiteurs viennent voir le parc durant les mois les plus « froids » et plus secs de l’hiver, entre novembre et avril, mais certains choisissent d’y venir durant l’été chaud et humide. Ceux qui visitent le parc durant l’été, risquent plus de subir des orages et des piqûres d’insectes, tels que les moustiques ! Vu le niveau élevé des eaux en été, les animaux sont plus isolés et donc, plus difficile à voir.

Un « Strangler Fig and Gumbo Limbo Tree »

Le matériel de mesure des Rangers est sous bonne garde !

Un « Turkey Vulture » au dessus des marais.
Le long, voire très long chemin de retour !
Toujours un fainéant d’alligator !
Un « Great Blue Heron »
Un tout petit alligator, sa mère n’était pas loin. Il y avait 7 petits.
Un héron
Peut être un « Purple Gallinule »
Un « Anhinga » mangeant un poisson « Warmouth »

Après nos 24 km en vélo, repas bien mérité dans le fourgon à presque 16h00 !!!

Petite balade digestive avant de repartir sur Miami :

Snowy Egret
On devine dans l’eau une tortue « Florida Box Turtle »

Un « Anhinga »
Un « Anhinga » se séchant sur une branche.

Des petites vidéos, de différents animaux (merci Marine pour ton efficacité et ta gentillesse à nous mettre tout ça sur Youtube …) :

Le temps s’est maintenu, nous avons tous des coup de soleil et la balade en vélo, nous a bien fatigués !

Qui est le plus fort !

Après avoir déposés les jeunes dans leur AirB&B, nous sommes revenus sur notre spot préféré de Miami Beach et continuons notre lutte anti-fourmis !

4 réflexions sur “Dimanche 29 décembre

  1. Anne-Béatrice

    Bravo pour la randonnée dans les Enverglades !
    Contre les fourmis… avez-vous du café en poudre pour vous préparer un café filtre ?
    Si oui, alors vous pourriez tester la méthode que j’avais trouvée sur internet et que j’ai pratiquée cet été avec succès :
    Il faut disposer de marc de café. En déposer un tas un peu plus loin à côté de votre camping car et ça règle le problème.

    Les fourmis adorent le marc de café, Elles s’en gavent jusqu’à l’indigestion et tuent même leur fourmillière par goinffrerie.

    Bon courage pour cette résistance à l’invasion.

    Bises. Anne-Béatrice

    J’aime

    1. Anne-Béatrice

      Je comprends le choix du café soluble… 😉.
      En aimant les expériences, j’ose vous proposer de
      – déposer un peu de poudre de café,
      – en petits tas
      – en les espaçant comme les cailloux/miettes du Petit Poucet,
      – de votre place de parking vers un fond de bouteille rempli d’eau sucrée planqué dans l’herbe… (la bière serait mieux…).

      Et gardez-vous du café si vous avez des guêpes : le café enflammé les fait fuir très efficacement ! En revanche, la température d’une flamme doit être intégrée : mettre le combustible dans une coupelle en céramique ou en verre qui résiste ET… ne pas poser ladite coupelle sur quoi que ce soit qui fonde ou garde tracé le point chaud…

      Suspense avec la chasse aux bestioles… bon courage et merci pour le reportage.
      Je montre vos photos à maman, ça la fait rêver aussi.

      Bises. Anne-Béatrice

      J’aime

  2. Ouahou ! Que de techniques ! Nous allons en prendre bonne note, on ne sait jamais ça peut servir ! On ne manquera pas de raconter la suite de notre chasse. Ce matin nous y avons passé quelques heures … Les fourmis squattent à présent à ma tête de lit 😤 (entre autre…)
    Toutes nos amitiés à ta maman.
    À bientôt. Bises.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s